Mot de passe: le maillon faible de la sécurité en ligne…

Multi_password_recoveryUne étude très ressente réalisée par CheckPoint-ZoneAlarm révèle des problèmes très inquiétants en ce qui concerne l’utilisation des mots de passe pour sécuriser l’accès aux applications en ligne.

Cette étude révèle par exemple que 79% des utilisateurs utilisent un mot de passe dit « faible » pour accéder aux applications hébergées (non, je n’ai pas dit le mot Cloud, je fais de la résistance…)  ou encore que 8% des utilisateurs utilisent des mots de passe qui proviennent directement des listes de références en ligne proposant une liste de mots de passe conseillés !

La lecture de cette étude est obligatoire  😉

Bref, « ça fait flipper » – Il y a 6 ans, Bill Gates nous promettait un monde sans mots de passe , nous en sommes loin, car les scénarios utilisateurs et business liés à l’utilisation de la SmartCard ne correspondent pas à la réalité du terrain. Et pourtant – Le mot de passe est dangereux, très dangereux.

Quand cela devient le moyen unique de gérer l’authentification des applications en ligne (non, non et non, je ne dirais pas Cloud), cela devient une espèce de suicide numérique collectif. Au delà de cette situation, ce qui est le plus troublant est que cela n’inquiète pas grand monde… jusqu’au jour où il y a un problème, bien sur.

L’industrie de la sécurité informatique ainsi que les grands acteurs du secteur, Microsoft, Oracle, IBM, Gemalto, HID, etc… doivent nous apporter une solution viable à l’utilisation des facteurs forts d’authentification. Les scénarios de recouvrement, de substitution et d’utilisation de la biométrie doivent permettre d’avancer dans cette voie, encore faut-il qu’il existe une véritable volonté de trouver cette solution universelle et intégrée. Microsoft et les acteurs Linux majeurs doivent notamment intégrer « By Design » des fonctions de recouvrements ne nécessitant pas l’installation des framework tiers pour gérer ces notions: cela est impératif.

Pour égailler votre début d’année, je vous conseille de tester le logiciel MPR ( Multi Password Recovery) afin de « vérifier » la fragilité ou non de vos propre mots de passe. Cela fait rire, ou pleurer, au choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*