Utilisation d’Active Directory pour le stockage des maps NIS UNIX/Linux via la Centrify NIS Gateway [2/3]

 

Lors de notre post précédent nous avons vu comment installer l’agent Centrify (adclient) et le package de la Centrify NIS Gateway (adnisd) sur le serveur qui publiera les maps NIS stockées dans Active Directory.

Nous allons maintenant voir comment activer l’agent Centrify sur la NIS Gateway, comment réaliser quelques GPOs depuis Active Directory pour paramétrer la NIS Gateway et finir par des vérifications locales à faire sur la NIS Gateway.

Tout d’abord nous allons intégrer le futur serveur NIS dans Active Directory et le faire rejoindre une zone Centrify. Nous considérerons ici que la partie basique d’une installation Centrify a déjà été réalisée, et que des zones ont été créées. Je vous laisse jeter un œil sur la documentation (notamment le Quick Start Guide) sur ces étapes extrêmement basiques. Dans notre exemple, la zone que nous allons rejoindre se nomme arizona.

Tout d’abord, se connecter en root sur le systèmes (sur le futur serveur NIS donc) et exécuter cette commande pour rejoindre Active Directory et la zone nommée arizona:

capture20160405142931118

dans notre exemple: le domaine AD se nomme demo.local, la zone Centrify à rejoindre se nomme arizona et le compte de service (Active Directory) ayant le droit de joindre une machine au domaine se nomme centrify – ensuite, le mot de passe AD pour le compte utilisateur/administrateur centrify sera demandé:

capture20160405142947712

Après quelques secondes, la fenêtre suivante apparaitra, vous confirmant que l’opération s’est bien déroulée:

capture20160405143023882

Nous pourrions nous amuser à ne redémarrer que certains services, mais allons redémarrer le serveur NIS, ce sera plus simple:

capture20160405143109675

Maintenant, laissons le système Linux de côté quelques instant et utilisons quelques outils de gestion proposés par Centrify pour affiner notre configuration.

Lancer l’outil Centrify Access Manager, nous constatons qu’une nouvelle machine a rejoint la zone arizona, il s’agit de nisserver01, notre futur serveur NIS:

capture20160405143154356

Une autre vue, avec la liste des machines qui sont dans la zone Centrify, pour information, la machine fedora17 nous servira de client NIS (ypbind) pour les tests, pour que cela fonctionne il faut bien sur que la NIS Gateway et le client NIS soient dans la même zone Centrify:

capture20160405143220837

Comme nous n’avons pas spécifier de conteneur Active Directory spécifique lors de la jointure au domaine de la machine Linux (notre futur serveur NIS), l’objet Computer le représentant dans Active Directory s’est créé dans le conteneur par défaut, si vous n’avez pas fait de modification au niveau d’Active Directory, vous retrouverez alors l’objet Computer dans le conteneur nommé Computers:

capture20160405143259227

Pour la suite des tests, et notamment pour l’application de certaines GPOs sur le serveur NIS lui-même, nous allons créer une Unité d’Organisation (UO) dans laquelle nous allons déplacer l’objet AD représentant le compte ordinateur du serveur NIS, dans notre exemple, l’UO se nomme NIS_Gateway:

capture20160405143414531

Nous allons maintenant démarrer notre serveur NIS. Une fois démarré nous pourrions maintenant utiliser n’importe quel compte AD ayant un profil UNIX dans la zone et ayant les droits de login pour nous authentifier sur le système – pour plus de souplesse, nous continuerons d’utiliser le compte root pour les différentes manipulations.

Si nous nous connectons sur le système, et que nous tapons la commande adinfo, nous devons obtenir des informations sur l’état du service adclient qui représente le client AD du système Linux:

capture20160405143515949

Le plus important est que l’attribut ‘CentrifyDC mode’ est bien la valeur ‘connected’, cela signifie que le système est bien connecté à Active Directory. A ce stade nous avons un serveur Linux intégré dans Active Directory, dans une zone Centrify et qui est fonctionnel d’un point de vue système et totalement sécurisé par l’agent Centrify.

Nous allons maintenant voir certains éléments spécifiques à la partie NIS Gateway (adnisd).

Tout d’abord nous allons utiliser l’outil d’administration Centrify pour créer des GPOs spécifiques aux serveurs NIS qui s’appliqueront à notre serveur nisserver01. Centrify propose soit d’intégrer directement des fichiers ADMX au niveau de la GPMC soit d’installer un snap-in présentant les GPOs spécifiques aux environnements Unix/Linux et MacOS toujours au niveau de cette même GPMC. Il faut bien sur au préalable avoir fait une de ces deux manipulations.

Ouvrir la GPMC, se rendre sur le noeud Configuration ordinateur / Stratégies / Modèles d’administration / Centrify Settings / DirectControl Settings / NIS Daemon Settings:

capture20160405143959120

Editer la propriété ‘Specify allowed client machines for NIS daemon’ et renseigner la valeur 0/0:

capture20160405144020742

En effet, par défaut, le démon adnisd n’accepte que les requêtes locales, c’est à dire, les requêtes NIS émises depuis le serveur NIS lui-même (je ne rentrerai pas dans les détails, mais cette configuration est utilisée dans des cadres précis de sécurité), il faut donc spécifier les adresses IP qui auront le droit de lancer des requêtes NIS vers notre NIS Gateway, si l’on renseigne la valeur 0/0, toutes les requêtes NIS seront acceptées.

Editer également la propriétés ‘Specify NIS daemon update interval’ et renseigner la valeur 60:

capture20160405144101425

Cette valeur (par défaut sur 30 minutes) permet de spécifier l’intervalle de rafraichissement des données entre Active Directory et le cache local de la NIS Gateway. En effet, pour des raisons de performance, les informations des maps NIS stockées dans Active Directory sont mises en cache au niveau de la NIS Gateway (comportement par défaut), nous mettons ici la valeur sur 60 secondes afin de ne pas trop attendre entre les modifications faites dans Active Directory et leur synchronisation sur la NIS Gateway. En production, une valeur entre 15 et 30 minutes est tout à fait acceptable.

Valider la GPO, et refermer la console de gestion des GPOs Centrify.

Pour mettre à jour notre futur serveur NIS avec ces nouvelles valeurs de configuration (celles de la GPO), il faut se connecter sur le serveur NIS et exécuter la commande adgpupdate afin de forcer le rafraichissement de la GPO sur le système Linux, sinon attendre la prochaine application des GPOs:

capture20160405200401273

Pour visualiser les GPOs qui sont bien appliquées sur le système, exécuter la commande adgpresult, nous retrouvons bien les paramètres appliqués de notre GPO créée précédemment:

capture20160405200555997

Nous allons maintenant vérifier quelques éléments au niveau de notre serveur NIS Gateway.

Tout d’abord pour qu’un service NIS s’exécute convenablement sur un système, il faut que les services RPC soient opérationnels. je ne rentrerais pas les détails, mais globalement le service RPC du serveur va recevoir la requête, décider d’un numéro de port RPC pour la connexion cliente du client NIS et donc permettre la communication entre le client et le serveur. Il faut donc que RPC fonctionne correctement sur le serveur NIS, pour vérifier cela, exécuter la commande  rpcinfo –p localhost

capture20160405144954620

Nous voyons ici 6 portmapper en attente de demande d’échange RPC, tout va bien.

Nous allons maintenant exécuter la commande systemctl status adnisd –l afin de vérifier que le service adnisd est bien démarré et fonctionnel:

capture20160405202502019

Si jamais le service n’est pas démarré, exécuter la commande systemctl start adnisd –l pour le démarrer.

Le résultat de la commande systemctl status adnisd –l nous indique à la fin qu’il n’y aucune NIS map dans Active Directory, à ce stade, c’est tout à fait normal.

Dans le prochain et dernier article de cette série consacrée à l’utilisation d’Active Directory pour le stockage des maps NIS à destination des clients UNIX ou Linux, nous verrons comment publier quelques maps NIS dans Active Directory, comment paramétrer des clients NIS (ypbind) pour interroger ces même maps NIS et comment réaliser quelques tests supplémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.