Contes et légendes informatiques inachevées – Livre 1 « Sécurité Informatique : toujours se méfier des applications mobiles gratuites… »

Contes et légendes informatiques inachevées – Livre 1 « Sécurité Informatique : toujours se méfier des applications mobiles gratuites… »

Je m’en vais vous conter une bien étrange histoire… Mais je vais vous donner la morale de l’histoire au début de celle-ci : se méfier, toujours se méfier des services ou applications gratuits.

Chapitre 1 : un appel au secours

Je suis à Genève, chez un de mes clients quand je reçois l’appel d’un ami qui me dit avoir un problème avec son compte email. Mon ami Cyril est arbitre de handball, et suivant mon conseil il s’est créé une adresse email dédiée pour dialoguer avec la FFHB. Il utilise une adresse en @outlook.fr et consulte ses emails depuis son PC ou depuis son mobile Android. Il n’est pas très féru d’informatique, mais aucun problème pour lui quant au paramétrage d’une boite email sur un mobile, il fait lui-même office de référent informatique auprès de sa petite famille !

Il m’explique que sa boite email est bloquée, qu’il n’arrive plus à se connecter. Etant à l’étranger, et ne pouvant pas passer rapidement chez lui, il m’envoie son login+mdp, oui je sais ce n’est pas bien, mais cet ami c’est la famille, donc pas de problème de confidentialité entre nous. Je teste rapidement depuis mon PC, et effectivement l’interface outlook.com m’indique que la boite a été bloquée par mesure de sécurité car une activité suspecte a été détectée. Dans ce cas il faut suivre une procédure de déblocage avec un envoi de code unique part SMS sur le numéro de GSM fourni à la création de la boite email. Comme je suis chez un client et que je ne suis pas trop disponible, je lui dis que nous voyons tout cela à mon retour. Nous convenons de nous rappeler, et je vaque à mes activités sécurité chez mon client. 2 jours après, retour en France.

Chapitre 2 : la hotline personnelle

Le Samedi suivant je rappel Cyril pour commencer mon service de hotline personnelle (tout bon consultant informatique sert de hotline à ses amis, ses enfants, ses parents, ses cousins, les amis des cousins, les amis des amis, etc.) – je commence par me connecter à sa boite email via mon navigateur et débute la procédure de déblocage habituelle : envoi de code par SMS, etc. J’en profite pour ajouter quelques paramètres de sécurité sur son compte – au bout de 5 minutes, tout fonctionne. Il teste de son côté, pareil, tout est ok.

Futuroscope Yes GIF - Find & Share on GIPHY

Chapitre 3 : Le marché aux tulipes

Une fois la situation stabilisée, je l’interroge, as-tu changé quelque chose qui pourrait expliquer le blocage de ton compte ? il m’assure que non. Je me connecte alors sur le résumé d’activité de son compte outlook.com pour vérifier si quelqu’un n’aurait pas « pirater » (mot qui ne veut rien dire mais que tout le monde comprend) sa boite email.

Les surprises commencent.

Je visualise la dernière connexion depuis mon PC :

Et je vois aussi d’autres connexions depuis son téléphone mobile après le déblocage (il a en effet testé depuis son PC et depuis son mobile) – et je vois que la connexion depuis son mobile a été réalisée depuis… les Pays-Bas !

Nous faisons plusieurs tests, et nous constatons que via usage du mobile, plusieurs adresses IP sont utilisées, elles commencent toutes par 185.30.x.x et semblent provenir des Pays-Bas.

Mon premier réflexe est de penser que l’algorithme de localisation des IPs à perdu les pédales chez Microsoft (cela m’est déjà arrivé il y a un an chez un client utilisateur d’Azure AD) je vérifie donc le range IP et sa provenance éventuelle, effectivement range IP associé aux Pays-Bas :

Je commence sérieusement à me poser des questions…

Cyril me confirme que son opérateur GSM est Free Mobile, je me dis « tiens curieux Free Mobile utilise des IP à l’étranger », je vérifie alors qu’elles sont les IP attribuées à Free Mobile :

Rien au Pays-Bas… et surtout des adresses qui commencent par 37.x.x.x. Je commence à y perdre mon Latin (Rosa, Rosae, etc…)

Chapitre 4 : Le pot aux roses du gratuit

Je demande à Cyril de vérifier l’adresse IP publique qu’il a sur son mobile actuellement, et là surprise, il s’agit bien d’une adresse Free…commençant par 37.

Bon reprenons, quand Cyrill se connecte à Outlook.com depuis son PC, aucun problème, adresse IP Française. Quand Cyril se connecte depuis son Android via Free Mobile, adresse IP aux Pays-Bas sur Outlook.com alors qu’il a bel et bien une adresse IP publique Free sur son mobile.

Je me calme… et réfléchi deux minutes… et là bingo ! La seule chose qui est « entre » l’OS mobile et Outlook.com, c’est… l’application mobile qu’il utilise pour se connecter à sa boite email. Je lui demande quelle application mobile il utilise, réponse myMail. Il me dit « c’est super, c’est simple et c’est gratuit »

Bon là mon sang se glace, il a dit le mot clé maudit « gratuit ».

Par expérience, rien n’est gratuit, si effectivement cette application est gratuite et est aussi parfaite que semble le dire Cyril, il y a un loup, c’est évident. Cela me rappel un consultant IAM tout juste sorti du moule qui ne comprenait pas pourquoi je préférais acheter le browser LDAP LEX pour travailler chez les clients plutôt que d’utiliser des trucs opensource depuis sourceforge… Il comprendra avec l’expérience.

Je commence quelques recherches sur Internet, et là je comprends…Je vous conseille la lecture de ce document du ministère de l’éducation: https://ssi.univ-lille.fr/sites/ssi.univ-lille.fr/files/ssi/20160401_Fiche_MyMail.pdf

Pour résumé, myMail est en fait un service hébergé sur des serveurs aux Pays-Bas et en Russie (déjà cela sent bon l’embrouille) – quand vous installez l’application depuis Google Play ou depuis Apple Store et paramétrez ensuite cette application avec vos identifiants (login+mdp) disons en utilisant IMAP, vos identifiants ainsi que votre configuration n’est pas stockée sur votre mobile mais sur les fameux serveurs à l’étranger.

La connexion IMAP se fait alors entre le serveur (Aux Pays-Bas ou en Russie) et votre service de messagerie, puis via HTTPS, le service web des serveurs poussent ou tirent les emails vers ou depuis votre application mobile myMail.

Cela signifie que le service myMail monnaie ensuite vos identifiants à des personnes tierces…ou à minima vend des informations sur vous et votre usage de l’email.

Cyril utilise cette application depuis longtemps, ces identifiants devaient etre stockés aux Pays-bas, et ce depuis le début. Donc pour Outlook.com, comportement normal. Je remonte dans les logs de connexion Outlook.com et surprise vois une connexion depuis la Russie, et la date correspond au blocage par sécurité du compte de Cyril. Le service web sur les Pays-Bas a basculé (pour incident ou maintenance) sur des serveurs Russes pendants quelques heures, ceci a été détecté et bloqué par Outlook.com

La recommandation est alors de :

  1. Changer vos identifiants sur myMail en mettant un mot de passe bidon
  2. Faire un test de connexion pour bien vérifier que cela ne fonctionne plus et que le service n’a plus accès à vos emails
  3. Désinstaller cette application

Pour terminer, Cyril installe l’application mobile Microsoft Outlook et la paramètre. Fin de l’embrouille.

Chapitre 5 : Le gratuit n’existe pas

Déjà il ne faut pas confondre deux choses : Open Source et Gratuit.

Travaillant dans la sécurité informatique, je suis un gros consommateur de solutions Open-Source (bloodhound, metaxploit, empire, etc.) – J’utilise aussi des produits de sécurité non-open-source, compilés, mais qui sont payants et dont je connais parfaitement l’éditeur. Peu m’importe le prix, si cela a suffisamment de valeur, il faut juste regarder le rapport qualité/prix – le prix seul ne veut rien dire.

MAIS

Ne jamais utiliser d’applications gratuites non-open-source – sauf si cela vient d’un éditeur établi – car là c’est assurément le début des problèmes…

Conclusion

Cette petite histoire (vraie) nous rappelle aussi une chose : la recherche, les tests, la curiosité sont la base de la connaissance. Comment aurais-je pu imaginer tomber sur quelque chose de semblable pour un simple problème de connexion à une boite email servant à des arbitres de HandBall…

2 thoughts on “Contes et légendes informatiques inachevées – Livre 1 « Sécurité Informatique : toujours se méfier des applications mobiles gratuites… »

  1. enguerrand 1 septembre 2019 / 10 h 20 min

    Super article, comme toujours !
    Bien écrit, simple et direct
    merci Sylvain

  2. Sylvain 1 septembre 2019 / 10 h 40 min

    Merci bien Enguerrand !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.