Contes et légendes informatiques inachevées – Livre 1 « Sécurité Informatique : toujours se méfier des applications mobiles gratuites… »

Contes et légendes informatiques inachevées – Livre 1 « Sécurité Informatique : toujours se méfier des applications mobiles gratuites… »

Je m’en vais vous conter une bien étrange histoire… Mais je vais vous donner la morale de l’histoire au début de celle-ci : se méfier, toujours se méfier des services ou applications gratuits.

Chapitre 1 : un appel au secours

Je suis à Genève, chez un de mes clients quand je reçois l’appel d’un ami qui me dit avoir un problème avec son compte email. Mon ami Cyril est arbitre de handball, et suivant mon conseil il s’est créé une adresse email dédiée pour dialoguer avec la FFHB. Il utilise une adresse en @outlook.fr et consulte ses emails depuis son PC ou depuis son mobile Android. Il n’est pas très féru d’informatique, mais aucun problème pour lui quant au paramétrage d’une boite email sur un mobile, il fait lui-même office de référent informatique auprès de sa petite famille !

Il m’explique que sa boite email est bloquée, qu’il n’arrive plus à se connecter. Etant à l’étranger, et ne pouvant pas passer rapidement chez lui, il m’envoie son login+mdp, oui je sais ce n’est pas bien, mais cet ami c’est la famille, donc pas de problème de confidentialité entre nous. Je teste rapidement depuis mon PC, et effectivement l’interface outlook.com m’indique que la boite a été bloquée par mesure de sécurité car une activité suspecte a été détectée. Dans ce cas il faut suivre une procédure de déblocage avec un envoi de code unique part SMS sur le numéro de GSM fourni à la création de la boite email. Comme je suis chez un client et que je ne suis pas trop disponible, je lui dis que nous voyons tout cela à mon retour. Nous convenons de nous rappeler, et je vaque à mes activités sécurité chez mon client. 2 jours après, retour en France.

Chapitre 2 : la hotline personnelle

Le Samedi suivant je rappel Cyril pour commencer mon service de hotline personnelle (tout bon consultant informatique sert de hotline à ses amis, ses enfants, ses parents, ses cousins, les amis des cousins, les amis des amis, etc.) – je commence par me connecter à sa boite email via mon navigateur et débute la procédure de déblocage habituelle : envoi de code par SMS, etc. J’en profite pour ajouter quelques paramètres de sécurité sur son compte – au bout de 5 minutes, tout fonctionne. Il teste de son côté, pareil, tout est ok.

Futuroscope Yes GIF - Find & Share on GIPHY

Chapitre 3 : Le marché aux tulipes

Une fois la situation stabilisée, je l’interroge, as-tu changer quelque chose qui pourrait expliquer le blocage de ton compte ? il m’assure que non. Je me connecte alors sur le résumé d’activité de son compte outlook.com pour vérifier si quelqu’un n’aurait pas « pirater » (mot qui ne veut rien dire mais que tout le monde comprend) sa boite email.

Les surprises commencent.

Je visualise la dernière connexion depuis mon PC :

Et je vois aussi d’autres connexions depuis son téléphone mobile après le déblocage (il a en effet testé depuis son PC et depuis son mobile) – et je vois que la connexion depuis son mobile a été réalisée depuis… les Pays-Bas !

Nous faisons plusieurs tests, et nous constatons que via usage du mobile, plusieurs adresses IP sont utilisées, elles commencent toutes par 185.30.x.x et semblent provenir des Pays-Bas.

Mon premier réflexe est de penser que l’algorithme de localisation des IPs à perdu les pédales chez Microsoft (cela m’est déjà arrivé il y a un an chez un client utilisateur d’Azure AD) je vérifie donc le range IP et sa provenance éventuelle, effectivement range IP associé aux Pays-Bas :

Je commence sérieusement à me poser des questions…

Cyril me confirme que son opérateur GSM est Free Mobile, je me dis « tiens curieux Free Mobile utilise des IP à l’étranger », je vérifie alors qu’elles sont les IP attribuées à Free Mobile :

Rien au Pays-Bas… et surtout des adresses qui commencent par 37.x.x.x. Je commence à y perdre mon Latin (Rosa, Rosae, etc…)

Chapitre 4 : Le pot aux roses du gratuit

Je demande à Cyril de vérifier l’adresse IP publique qu’il a sur son mobile actuellement, et là surprise, il s’agit bien d’une adresse Free…commençant par 37.

Bon reprenons, quand Cyrill se connecte à Outlook.com depuis son PC, aucun problème, adresse IP Française. Quand Cyril se connecte depuis son Android via Free Mobile, adresse IP aux Pays-Bas sur Outlook.com alors qu’il a bel et bien une adresse IP publique Free sur son mobile.

Je me calme… et réfléchi deux minutes… et là bingo ! La seule chose qui est « entre » l’OS mobile et Outlook.com, c’est… l’application mobile qu’il utilise pour se connecter à sa boite email. Je lui demande quelle application mobile il utilise, réponse myMail. Il me dit « c’est super, c’est simple et c’est gratuit »

Bon là mon sang se glace, il a dit le mot clé maudit « gratuit ».

Par expérience, rien n’est gratuit, si effectivement cette application est gratuite et est aussi parfaite que semble le dire Cyril, il y a un loup, c’est évident. Cela me rappel un consultant IAM tout juste sorti du moule qui ne comprenait pas pourquoi je préférais acheter le browser LDAP LEX pour travailler chez les clients plutôt que d’utiliser des trucs opensource depuis sourceforge… Il comprendra avec l’expérience.

Je commence quelques recherches sur Internet, et là je comprends…Je vous conseille la lecture de ce document du ministère de l’éducation: https://ssi.univ-lille.fr/sites/ssi.univ-lille.fr/files/ssi/20160401_Fiche_MyMail.pdf

Pour résumé, myMail est en fait un service hébergé sur des serveurs aux Pays-Bas et en Russie (déjà cela sent bon l’embrouille) – quand vous installez l’application depuis Google Play ou depuis Apple Store et paramétrez ensuite cette application avec vos identifiants (login+mdp) disons en utilisant IMAP, vos identifiants ainsi que votre configuration n’est pas stockée sur votre mobile mais sur les fameux serveurs à l’étranger.

La connexion IMAP se fait alors entre le serveur (Aux Pays-Bas ou en Russie) et votre service de messagerie, puis via HTTPS, le service web des serveurs poussent ou tirent les emails vers ou depuis votre application mobile myMail.

Cela signifie que le service myMail monnaie ensuite vos identifiants à des personnes tierces…ou à minima vend des informations sur vous et votre usage de l’email.

Cyril utilise cette application depuis longtemps, ces identifiants devaient etre stockés aux Pays-bas, et ce depuis le début. Donc pour Outlook.com, comportement normal. Je remonte dans les logs de connexion Outlook.com et surprise vois une connexion depuis la Russie, et la date correspond au blocage par sécurité du compte de Cyril. Le service web sur les Pays-Bas a basculé (pour incident ou maintenance) sur des serveurs Russes pendants quelques heures, ceci a été détecté et bloqué par Outlook.com

La recommandation est alors de :

  1. Changer vos identifiants sur myMail en mettant un mot de passe bidon
  2. Faire un test de connexion pour bien vérifier que cela ne fonctionne plus et que le service n’a plus accès à vos emails
  3. Désinstaller cette application

Pour terminer, Cyril installe l’application mobile Microsoft Outlook et la paramètre. Fin de l’embrouille.

Chapitre 5 : Le gratuit n’existe pas

Déjà il ne faut pas confondre deux choses : Open Source et Gratuit.

Travaillant dans la sécurité informatique, je suis un gros consommateur de solutions Open-Source (bloodhound, metaxploit, empire, etc.) – J’utilise aussi des produits de sécurité non-open-source, compilés, mais qui sont payants et dont je connais parfaitement l’éditeur. Peu m’importe le prix, si cela a suffisamment de valeur, il faut juste regarder le rapport qualité/prix – le prix seul ne veut rien dire.

MAIS

Ne jamais utiliser d’applications gratuites non-open-source – sauf si cela vient d’un éditeur établi – car là c’est assurément le début des problèmes…

Conclusion

Cette petite histoire (vraie) nous rappelle aussi une chose : la recherche, les tests, la curiosité sont la base de la connaissance. Comment aurais-je pu imaginer tomber sur quelque chose de semblable pour un simple problème de connexion à une boite email servant à des arbitres de HandBall…

NIST: document décrivant la technologie émergente de gestion des identités par la BlockChain

Le NIST vient de mettre en ligne un document (en Draft) proposant une description des concepts de gestion de identités par la BlockChain. Au delà du document, les nombreuses références citées (que l’on retrouve à la fin du document) sont une mine d’or pour chaque personne voulant se documenter sur ces sujets.

La description de l’étude est disponible [ ICI ]

Le document est directement disponible [ ICI ]

 

Tout ce que vous avez voulu savoir sur Azure AD + MFA sans avoir jamais osé le demander !

Je suis tombé un peu par hasard sur une série d’articles faisant un focus sur la fonction MFA en liaison avec Azure AD. Ces articles abordent des thèmes avec une grosse profondeur technique sous la forme une question / une réponse.

Exemples de question:

=> Is there any equivalent feature in the Azure MFA Server for ” Allow users to remember multi-factor authentication on devices they trust ” that is available in Azure MFA?

=> Is there a way for us to migrate users [from our Azure MFA Server] to Azure MFA so there is no action required from the user’s perspective?

=> Can you/How do you secure on-prem OWA with MFA?

C’est franchement très riche et doit être lu par tous les spécialistes Azure AD + les personnes travaillant dans la sécurité en général et sur le MFA en particulier.

Ce qui est extrêmement intéressant avec le format, c’est que:

1/ cela permet de gagner en profondeur technique sur le sujet

2/ cela ouvre l’esprit sur des problématiques techniques auxquelles nous ne pensons pas

3/ cela permet de se projeter sur l’ensemble des usages possibles

 

La liste des liens vers les articles des Q&A disponibles pour l’instant :

Round 1: https://techcommunity.microsoft.com/t5/Azure-Active-Directory-Identity/Azure-AD-Mailbag-Q-amp-A-on-Azure-MFA/ba-p/244217

Round 2: https://techcommunity.microsoft.com/t5/Azure-Active-Directory-Identity/Azure-AD-Mailbag-MFA-Q-amp-A-Round-2/ba-p/244222

Round 3: https://techcommunity.microsoft.com/t5/Enterprise-Mobility-Security/Azure-AD-Mailbag-MFA-Q-amp-A-Round-3/ba-p/249683

Round 4: https://techcommunity.microsoft.com/t5/Enterprise-Mobility-Security/Azure-AD-Mailbag-MFA-Q-amp-A-Round-4/ba-p/249802

Round 5: https://techcommunity.microsoft.com/t5/Azure-Active-Directory-Identity/AzureAD-Mailbag-MFA-Q-amp-A-Round-5/ba-p/245033

Round 6: https://techcommunity.microsoft.com/t5/Enterprise-Mobility-Security/AzureAD-Mailbag-MFA-Q-amp-A-Round-6/ba-p/250071

Round 7: https://techcommunity.microsoft.com/t5/Enterprise-Mobility-Security/AzureAD-Mailbag-MFA-Q-amp-A-Round-7/ba-p/250088

Round 8: https://techcommunity.microsoft.com/t5/Azure-Active-Directory-Identity/Azure-AD-Mailbag-MFA-Q-amp-A-Round-8/ba-p/390334

A consommer sans modération aucune !

 

U.S. CyberSecurity organizations blueprint

I recently had a discussion with one of my customers, who is French. We were talking about the different security frameworks from the different countries. When i started to explained all the contains which are directly or indirectly provided by the U.S. Government, i wasn’t able to be  crytal clear… So i decided to create a simple blueprint which provides a map of the different organizations, the relationships and what is provided to the community. if you want to download it, you get it from: US_cybersecurity_organizations_V1.0

I will try to update it from a regular basis. Sylvain.

Excellente vidéo sur la façon dont Microsoft gère les accès aux comptes privilégiés en interne

C’est une table ronde avec des experts de chez Microsoft, et c’est très instructif. D’habitude je ne regarde pas trop ce type de vidéo car je m’ennuie rapidement, mais là j’avoue que c’est assez passionnant et instructif. Vous vous voulez savoir comment Microsoft gère ses accès aux comptes privilégiés ? c’est ici:

AD Hardening: Microsoft Security Compliance Manager & Microsoft Security Compliance Toolkit

Comme vous le savez, je travaille énormément sur les concepts de AD Hardening de manière à réaliser des re-design d’installation Active Directory afin que l’IT global des organisations soit le moins sensible possible aux attaques de malware (attaques indirectes) ou aux attaques directes.

Dans ce cadre, la recommandation de Microsoft est de segmenter l’environnement lié à l’annuaire Active Directory en trois tiers : Tier 0, Tier 1 et Tier 2 – le Tier 2 représentant globalement les workstations :

Globalement, l’effort de travail et d’investissement se fait bien évidement sur la couche Tier 0 (qui voudrait voir ses contrôleurs de domaine compromis ?) – cela est bien normal, car un re-design AD est un effort colossal pour la plupart des organisations, et elles mettent généralement le focus sur la sécurisation des contrôleurs de domaine. Néanmoins, attention, il ne faut pas oublier que les attaques proviennent à 90% de Tier 2 (voir la règle #2 d’un autre de mes post : https://www.identitycosmos.com/http:/www.identitycosmos.com/non-classe/the-good-old-arcade-games-teach-us-about-today-cybersecurity-rules).

Il est effectivement impossible de sécuriser à 100% la couche Tier 2, mais Microsoft nous fournit un ensemble d’outils permettant de nous faciliter le travail. Ces outils sont assez méconnus, car gratuits ! Je sais, cela parait curieux, mais quel intérêt aurait un commercial Microsoft à vous parler d’un outil gratuit ?

Microsoft Security Compliance Manager

Microsoft Security Compliance Manager (SCM de son petit nom) est un outil relativement ancien, je dirais qu’il existe depuis environ 6 ou 7 ans. D’abord en version 1, puis 2, puis 3 jusqu’à la dernière version en 4.0. Cet outil permet d’utiliser des modèles de sécurité prédéfinis et d’appliquer ces modèles sur les postes de travail ou même les serveurs membres soit par GPO, soit par System Center Configuration Manager (via la fonction DCM).

Plus d’informations sur l’outils en V4 [ ICI ]

La dernière version de l’outil intègre des modèles pour Windows 10 V.1511 et pour Windows Server 2016.

Même si cet outil est très intéressant, je ne passerai pas trop de temps dessus car il a été remplacé par un nouvel outil : Microsoft Security Compliance Toolkit

Microsoft Security Compliance Toolkit

Microsoft Security Compliance Toolkit est donc le remplaçant de Microsoft Security Compliance Manager, il est actuellement en version 1.0. Vous trouverez des informations générales sur l’outil sur cette page de Microsoft [ ICI ].

Le kit de base est disponible en téléchargement [ ICI ].

Un update de ce kit de base assurant la compatibilité avec Windows 10 V.1809 et Windows Server 2019 est disponible en téléchargement [ ICI ] – Cet update contient en fait les mises à jours des référentiels de sécurité fournis par l’outil, ce que l’on appelle les Baselines, mais nous en parlerons plus loin dans cet article. Des informations complémentaires sur le contenu de cet update sont disponibles sur [ CET ARTICLE ].

Lorsque vous téléchargez SCT 1.0, le ZIP contient plusieurs éléments :

Dans le répertoire « PolicyAnalyzer », vous trouverez les éléments suivants :

Le document PDF « Policy Analyzer.pdf » donne des explications sur l’outil Policy Analyzer (qui est présent en version 3.2 dans SCT 1.0), pour être honnête, la documentation est médiocre, il faut être bien concentré pour comprendre le fonctionnement ! Globalement, Policy Analyzer va pouvoir faire plusieurs choses :

  • Comparer les configurations appliquées sur les machines avec des Baselines fournies par Microsoft – c’est la fonction principale de cet outil
  • Détecter les paramètres redondants appliqués au travers de plusieurs GPOs
  • Comparer les paramètres de GPO de domaine avec les clés de registre effectivement paramétrées sur les machines, cela pouvant mettre en évidence des problèmes d’application de GPO,et donc des problèmes de conformité

Par exemple, sur ce screenshot, on peut voir une comparaison de valeurs entre la valeur locale du paramètre (registre), le paramètre présent dans la GPO qui devrait s’appliquer et le modèle de sécurité préconisé par Microsoft (Baseline) :

L’ensemble des informations peut être exporté dans Excel :

Dans le répertoire « LGPO », vous trouverez les éléments suivants :

Le document PDF « LGPO.pdf » donne des explications sur l’outil Local Group Policy Object (qui est présent en version 2.2 dans SCT 1.0), à nouveau la documentation n’est pas terrible, il va falloir que Microsoft fasse un effort sur le sujet. Globalement, Local Group Policy Object va pouvoir faire plusieurs choses :

  • Importer des paramètres depuis des fichiers .POL
  • Importer des paramètres depuis des fichiers de type Security Template
  • Exporter les GPOs vers un backup
  • Exporter les GPOs pour réaliser une comparaison dans le premier outil du kit (Policy Analyzer)

L’outil est uniquement en ligne de commande – il était déjà présent dans Microsoft Security Compliance Manager – Cette vidéo donne quelques exemples d’utilisation de l’outil : https://www.youtube.com/watch?v=Dv6dq1YllnU

L’outil propose aussi des fichiers de Baseline pour chaque population de système :

Avec un update pour les dernières versions d’OS disponibles en téléchargement [ ICI ]. Chaque fichier ZIP, lorsqu’il est décompressé possède la même structure, par exemple ici pour Windows 2012 R2 :

Le répertoire “Documentation” contient un fichier Excel avec les paramètres recommandés :

Le répertoire “GP Reports” contient les fichiers équivalents au format Excel mais au format Report HTML tel que prévu dans la GPMC (L’outil de gestion des stratégies de groupe dans Active Directory) :

Le répertoire “GPOs” contient les paramètres au format GPO (plus être précis, au format GPT de la GPO) :

Le répertoire « WMI Filters » contient des filtres WMI tout prêts à être importés – bon je ne suis pas super fan des filtres WMI pour plein de raisons différentes, mais ils sont présents si vous voulez les utiliser:

Vous trouverez [ ICI ] des informations générales sur la notion de Security Baseline chez Microsoft.

Je vous laisse maintenant explorer par vous-même ce kit – pour être honnête son usage est relativement consommateur de temps, mais c’est un outil parfait pour s’assurer de la configuration de sécurité des machines Windows dans une environnement Active Directory – je vais essayer de réaliser rapidement un tutoriel complet de la solution. Je vais notamment rentrer en contact avec l’équipe produit pour voir comment il serait possible d’améliorer la documentation présente sur docs.microsoft.com, car pour l’instant c’est plus que léger.

N’hésitez pas à laisser vos commentaires sur ce post.

Azure AD Connect – la version 1.2.67.0 est disponible

La version 1.2.67.0 est disponible en téléchargement. Cette nouvelle version de Azure AD Connect ne corrige qu’un seul bug, mais un bug majeur ! En effet l’avant dernière version de Azure AD Connect pouvait rencontrer un problème sur la fonction “Password Writeback” si l’on possède des contrôleurs de domaine en version 2008 ou 2008R2.

La dernière version de Azure AD Connect peut être téléchargée [ ICI ]

MIM 2016 SP1: Le nouveau hotifx 4.5.286.0 est disponible – enfin !!!

Bon, c’est un peu technique, mais les spécialistes de MIM 2016 vont comprendre de quoi il s’agit !

Il y a peu, Microsoft a mis en téléchargement les builds MIM 2016 4.5.26.0 et 4.5.202.0, mais il y avait un gros problème avec ces versions, dans certaines conditions les objets provenant des managements agents étaient supprimés ou non re-créés au niveau de FIM-service, ce qui avait pour conséquence d’obtenir des règles de synchronisation. Le hotfix 4.5.286.0 permet de corriger le problème, il s’agit donc d’un hotfix extrêmement important pour les administrateurs et architectes MIM. Pour plus d’informations sur ce problème, vous pouvez consulter cet article du Technet Microsoft.

Il est noter que les build 4.5.26.0 et 4.5.202.0 sont toujours listés par Microsoft comme des builds officielles mais ne sont plus disponibles au téléchargement – si vous avez déjà installé l’une de ces deux builds, il est hautement recommandé d’installer ce hotfix.

Mais bien sur, une correctif amène d’autres problèmes ou déconvenues… les problèmes connus avec ce hotfix sont listés ici: https://support.microsoft.com/en-gb/help/4469694/hotfixrolluppackagebuild452860isavailableformicrosoftidentitymanager20

En gros, les problèmes que vous pouvez rencontrer:

  • Problème avec l’installeur, à cause d’une DLL manquante (Microsoft recommande de contacter le support Microsoft si vous avez un tel problème)
  • Problème avec ECMA (synchronization service) , en gros si vous avez créer des MA custom avec votre propre développement- un workaround est décrit sur la page du hotfix, mais il s’agit globalement d’éditer les fichiers suivants: MIIServer.exe.config, Mmsscrpt.exe.config, Dllhost.exe.config avec les informations contenues sur la page de réference du hotfix
  • Problème avec l’installation du portail – Microsoft recommande de réinstaller le package 2013 x64 Visual C++ Redistributable Packages (vcresist_x64.exe) avant de de démarrer le MIM service et l’installation du portail
  • Problème d’affichage du portail dans le navigateur après l’installation du hotfix, il suffit alors de vide l’historique de navigation et les fichiers en cache puis de recharger l’interface du portail (Microsoft évoque le problème uniquement avec Internet Explorer mais à priori le problème peut aussi exister sous chrome)

Pour télécharger le hotfix, rendez-vous [ ICI ]

La technologie BlockChain est-elle le futur standard de la gestion des identités ?

Depuis quelques mois, je suis de façon très proche l’évolution de la technologie BlockChain et les implications de cette technologie sur la gestion des identités. Il est clair que de manière structurelle, cette technologie est parfaite pour gérer des identités. En effet, cela permet un système à la fois centralisé et décentralisé, un contrôle fiable des identités et une certitude sur la fiabilité des données (au sens où ces données ne sont pas falsifiables) – il reste néanmoins à faire des progrès en terme de performance, la gestion des identités devant s’appuyer sur des modifications visibles “en presque temps réel”.

Il est donc important dès maintenant pour les spécialistes de la gestion des identités de se pencher sur ce sujet. Dans cet article, je vais donc mettre quelques liens et pistes pour que vous puissiez explorer vous-même ce nouveau paradigme.

D’abord, un super site pour « tester » la technologie BlockChain et surtout comprendre son fonctionnement de manière visuelle : https://blockchaindemo.io/

Un article expliquant le concept de BaaS (Blockchain as a Service), vous remarquerez que tous les grands noms sont sur le pont et proposent un service BaaS: https://www.lebigdata.fr/baas-blockchain-as-a-service-definition

Ensuite deux articles de vulgarisation permettant de comprendre en quoi la technologie BlockChain est parfaitement adaptée à la gestion des identités : https://www.devteam.space/blog/how-to-use-blockchain-technology-for-identity/ & https://www.forbes.com/sites/forbestechcouncil/2018/07/27/how-blockchain-can-solve-identity-management-problems/

Le site web de la DIF, soit la Decentralized Identity Foundation, organisation visant à définir les nouveaux standards en termes de gestion des identités, en adoptant un modèle basé sur la BlockChain (même si cela n’est pas clairement exprimé sur leur site) : https://identity.foundation/

De plus, Microsoft travaille sur le sujet de façon très très forte ! Tout d’abord un article sur Github présentant le projet Bletchley, qui est le projet de support de la technologie Blockchain made in Microsoft: https://github.com/Azure/azure-blockchain-projects/blob/master/bletchley/bletchley-whitepaper.md

Ensuite un article expliquant que Microsoft travaille sur une gestion des identités basée sur la BlockChain : https://thenextweb.com/hardfork/2018/02/12/microsoft-digital-identity-blockchain/

Un autre article présentant le Framework “Coco Framework”: https://ulvbjornsson.com/2018/02/05/microsofts-coco-framework-enhancing-cybersecurity-on-the-blockchain/ – extrêmement intéressant, car visant à résoudre les problèmes de la technologie Blockchain appliquée à la gestion des identités (comme la performance par exemple).

Puis un article nous indiquant que Microsoft vient de délivrer un kit de développement Cloud pour développer des technologies BlockChain : https://thenextweb.com/hardfork/2018/11/15/microsoft-blockchain-cloud-azure/

Un hasard ? Je ne crois pas… Microsoft ne fait pas les choses au hasard…

Pour finir, il reste à noter un ensemble foisonnant d’initiatives plus ou moins variées, proposant des “frameworks” permettant l’usage de la BlockChain dans le cadre de la gestion des identités – par exemple [ LifeID ] dont la promesse est de proposer un framework Open Source intégrant BlockChain + Identity. La plupart de ces solutions n’ont pas de business model vraiment avéré et la liste des futurs survivants dans ce nouveau monde reste complexe à réaliser…